[session : 37F5BF76-36ED-4BA1-ABED-D56E71AAEC72]
30/03/2020 15:01
Textes Réglementaires
Economie & Développement
Jeunesse & Sports
Mauritanie
Education
ITC
Santé - Nutrition
Agriculture
Environnement
Bonne Gouvernance
Tourisme
Sécurité sociale
Femme & Développement
Autres Documents
Petrole & Energie
 
             
 
         
 
  Femme & Développement  
     
Petite enfance
Femme & Coutumes
Femme & Santé
Femme & Politique
Droits de femmes
Femme & Societé

 

Genre :En attendant la parité  
Une représentativité de 20% aux postes électifs, des nominations à de hautes fonctions (ambassadrices, wali, ministres) et une inté­gration dans les corps con­stitués (no) sont autant de promotions qui témoignent d'une réelle visibilité de la femme mauritanienne.
Il n'y a pas que ça. Aujourd'hui, nos sœurs’ ont fortement investi le monde des affaires et de l'entreprenariat. C'est là, un nouvel élan de la partic­ipation de la femme au développement du pays.
La femme mauritanienne se forge une place de plus en plus importante dans les instances de décision. Cela est d'autant plus remarquable qu'elle se trouve dans un milieu conservateur. C'est ainsi qu'on trouve aujour­d'hui des femmes ministres, députées, walis, ambas­sadrices... Et les ambitions de la femme ne s'arrêtent pas à ce stade. Elle se retrouve, côte à côte, actuellement avec l'homme dans des professions qui, il n'y a pas longtemps, lui étaient fermées. C'est le cas, par exemple, de l'entreprenariat (entrepreneurs), chefs d'entre­prises, le commerce internation­al, etc. Si le masochisme a joué un grand rôle dans cette margin­alisation de la femme mauritani­enne, il n'en demeure pas moins vrai que celle-ci a joué un rôle historique incontestable et n'avait rien à envier à ses sœurs arabes et africaines.
Ambitions et réalités
Le fait que la femme représente la moitié de la société, et soit incontournable pour le développement, est une réalité aujourd'hui admise jusque dans les points les plus reculés. Cette réalité a eu pour conséquence la modification des critères de développement depuis .le siècle dernier. Tout développement est aujourd'hui fondé sur les ressources humaines qui sont désormais une fin et un moyen. La Mauritanie .où l'élément féminin représente 50,5% de la population, a assisté à la plupart des forums qui avaient pour thème l'intégration de la femme dans le processus de développe­ment. Dans tous les rendez-vous de ce genre, on prône son éduca­tion et son intégration. Notre pays s'est engagé à respecter
toutes les recommandations prises au niveau international et visant à faire jouer à la femme le rôle qui lui sied au niveau poli­tique, économique et social.
Durant la dernière décennie, la situation de la femme a connu une nette évolution sur tous les plans. Cela s'est traduit par une chute du taux d'analphabétisme
'dans la frange située entre 10 ans et plus. Ce taux était de 50% en 2000. La scolarisation des filles a, de son côté, progressé substantiellement et cela, à tous les niveaux. Ce taux est passé au niveau 'du primaire de 41,4% en 2004 à 49,4% en 2005. Pour le secondaire, il est monté de 45,4% en 2004 à 46,1 en 2005. Au supérieur, le taux des filles est aujourd'hui de 21 %.
Malgré toutes ces avancées, le niveau de participation sur les plans politique et social reste faible, même si les indicateurs sont positifs et expriment une évolution. Aujourd'hui, 3 femmes sont à la tête d'impor­tants départements ministériels.
Avec l'évolution de la condition de la femme, il y a eu la mise en place d'une stratégie pour la pro­motion féminine. Il s'agit d'un plan adapté à sa nouvelle situa­tion, marquée par l'amélioration de ses conditions de vie et le renforcement de sa place au sein de la société. Cette stratégie est axée sur le renforcement de la participation économique de la femme, son incitation à la pro­duction et son orientation vers les services sociaux de base. Avec la lutte contre l'anal­phabétisme, une éducation de base pour les filles et l'améliora­tion de la santé maternelle, les résultats ne sauraient tarder.
La participation
La femme mauritanienne est bien représentée aujourd'hui au parlement avec 19 députées sur 95 contre 3 seulement dans l'an­cien parlement. Au Sénat, elles sont au nombre de 9. Cette présence au parlement est saluée par tous et considérée comme assez représentative. Pour Mme Aïssata Kane, première femme ministre, cette représentativité au parlement va permettre aux femmes, de jouer un plus grand rôle politique et lui permettre d'avoir confiance en elle et de se senti; responsable envers sa société et son pays. Mme Kane ajoute que le grand combat demeure au niveau des femmes elles-mêmes. Elles doivent donc, souligne-t-elle, s'instruire pour venir à bout des maladies, de la pauvreté, du chômage...
Elle espère que les députés femmes seront à la hauteur et arriveront à contribuer positive­ment aux débats autour des questions nationales et interna­tionales. Pour Aissata Kane, elles ne doivent pas décevoir les espoirs placés en elles au risque d'être discréditées et, avec elles, la cause des femmes.
En revanche, Mme Mariem Mint Salek, présidente d'une ONG, estime que la libération de la femme ne se reflète pas par sa présence importante au sein du Parlement mais par son éduca­tion et sa sensibilisation autour des questions de la famille et du pays. Selon elle, l'exigence. d'un taux fixe pour les femmes peut avoir l'effet contraire. Cela pour­rait conduire à la démission et au manque d'efforts. Et Mariem Mint Salek d'affirmer: " laissons la femme conquérir ce qu'elle mérite par la voix des urnes. Elle doit faire jeu égal avec l'homme. De son côté, la journaliste Fatimetou Mint Yahya, consi­dère que les 20% ont pour objec­tif de permettre à la femme de participer en agissant ainsi sur r les mentalités. Ce taux permet à la femme de faire acte de présence dans des endroits où on est habitué à ne voir que des hommes, souligne-t-elle. La journaliste Mint Yahya estime même que le taux de 20% est en deçà du niveau requis, précisant que c'est la femme elle-même qui et la plus habilitée pour dis­cuter de ses problèmes au par­lement.
Femme et travail
Récemment, les autorités mauri­taniennes ont recruté des femmes dans le corps de la police. Il s'agit de 5 femmes officiers de grade et plusieurs autres inspectrices. Ce recrute­ment entre dans le cadre du ren­forcement de la surveillance au niveau des aéroports, suite à la multiplication du, trafic de drogue où des dealers femmes
,seraient utilisées pour convoyer la cocaïne.
La pre,mière sortie de promotion ( de femmes officiers remonte au é 28 novembre 2000 à l'occasion r de la célébration de l'anniversaire de l'indépendance e nationale. Par la suite, le recrute- s ment a touché la brigade routière, puis la garde, la gen­darmerie, l'Armée Nationale. la marine et la protection civile. Cette politique a eu un grand succès et a pel111is de briser la glace. Jusque-là, on n'était pas prêt à voir la femme occuper un poste qui demande un effort physique. Cependant, les femmes ont pu passer l'épreuve et subir un~ formation qui demandait un important effet physique. Les nouvelles recru es étaient sures d'elles. Elles con­sidéraient l'étape franchie comme une révolution contre les préjugés sociaux, démontrant ainsi que tout travail est hono­rable. Elles étaient ainsi conva­incues de leur choix.
La femme a eu à investir bien d'autres domaines, devenant très active dans le commerce et les affaires. Elle ambitionne d'aller de l'avant Sa présence de plus en plus remarquable au sein des organisations de la société civile et sa participation au développe­ment économique, social et poli­tique en tait un acteur à part entière, impliqué dans le proces­sus de prise de décision.
Maarouf Ould Oudaa
CENTRE NATIONAL DES RESSOURCES EN EAU POUR UNE MEILLEURE CONNAISSANCE ET UNE GESTION
Saadou Ebih Ould Mohamed El Hacen
Créé fin 2001, suite à la réforme du secteur de l'eau, le Centre National des Ressources en Eau (CNRE) est chargé notamment de (i) mettre en œuvre la politique de l'état en matière de con­naissance, d'exploration et de surveillance des ressources en eau souterraines, (ii) constituer une documentation de référence sur les ressources en eau et (iii) créer et mettre à jour des banques de données fiables sur les ressources en eau et les ouvrages de captage.
Le bilan du CNRE au cours de la période 2002-2007 présente d'imp0l1antes réalisations: - Elaboration de la carte hydrogéologique nationale au 1/500000 ;
 Réalisation d'études hydrogéologiques dans les zones du Dhar de Néma
'et de la nappe de l'Aouker, Boulanoir, d'Atar et de Tiris Zemmour :
- Etude des ressources en eau pour l'alimentation à long terme de la ville
de Magtaa-Iahjar à partir des aquifères du bassin sédimentaire côtier;
- Etude de dimensionnement d'un réseau national de surveillance des nappes;
- Réalisation d'études d'implantation de 100 points d'eau par an;
- Etude de délimitation de neuf périmètres de protection de charps captant:
"Kaedi, Idini, Maghta-Iahjar, Boulenoir, Atar, Tidjikja, Kiffa, Sélibaby, Bouhchicha";
- Inventaire des points d'eau des Wilayas du Hodh Chargui, Hodh El Gharbi, Assaba, Gorgol, Brakna, Trarza, Tagant et Inchiri ;
- Mise en place d'un système d'information sur les ressources en eau constitué
  d'un SIG et d'une base de 13 000 points et 5 20,0 localités; ./ Suivi régulier
  de 14 éhamps captants et d'un réseau piézométrique d'oasis;
- Constitution d'un fonds documentaire national de plus de 1400 références
sur l'eau Le programme triennal du CNRE pour la période 2008-2010 prévoit la pour suite des efforts d'é­tudes, de recherches, de gestion et de renforcement des capacités en matière de gestion intégrée des ressources en eau. En particulier les actions programmées permettront de (i) réaliser des synthèses hydrogéologiques régionales, (ii) généraliser le suivi et la protection des nappes, (iii) installer au niveau régional des banques de données actualisées et fiables de points d'eau et (iv)
développer le système de gestion informatisé de la documentation.  .'
Le Directeur du CNRE
 
Source: AMI  

 
   

Votre commentaire
 
Nom
Email
Commentaire
 



Tous droits réservés 2008 Portail Mauritanien du Développement
Tel : 44 48 03 42 - 22 03 39 92 - Fax 525 30 23 - BP 4938
Email : medahab@gmail.com
Email : minizeini2012@gmail.com
Nombre de tous les visiteurs : 18110180
Nombre de visiteur en ligne : 270

Powered By: MajorSystems